Religions et médias: le travail de Religioscope présenté lors d'un colloque à Paris

Un colloque intitulé "Faits religieux et médias" s'est tenu à Paris les 23 et 34 mars, à l'initiative de doctorantes du Groupe sociétés, religions, laïcités (GSRL). Le directeur de Religioscope était invité à y présenter le site.

Jean-François Mayer présidait l'une des deux tables rondes de la session finale du colloque, sur le thème "Pratiques et déontologies journalistiques à l'épreuve des faits religieux". À la demande des organisatrices, il a résumé l'origine et l'approche de Religioscope. Il a défini celle-ci comme proche d'un "journalisme académique", créant notamment des ponts entre le monde de la recherche et un plus vaste public pour aider à comprendre les facteurs religieux dans le monde contemporain. Religioscope s'abstient de dire à ses lecteurs ce qu'il faut penser, mais aimerait fournir — outre des informations — des clefs de lecture et d'analyse. Cela passe par un intérêt prêté tant aux grandes tendances qu'à des micro-sujets, qui peuvent parfois eux aussi nous apprendre beaucoup sur les évolutions des courants religieux aujourd'hui, a noté Jean-François Mayer.

Des intervenants de plusieurs pays participaient à ce colloque international. Le site Religioscope en a publié aujourd'hui un compte rendu.

L'Institut Religioscope prend la responsabilité des archives de la lettre d'information Religion Watch

À la suite d'une relance de la lettre d'information Religion Watch sous une nouvelle forme et dans un nouveau cadre, l'Institut Religioscope vient d'ouvrir un site pour accueillir vingt années d'archives de ce périodique et les offrir en libre accès.

Depuis 2001, Jean-François Mayer collabore régulièrement à la lettre d'information Religion Watch, lancée par Richard Cimino en 1985. Ce bulletin s'intéresse aux évolutions et tendances dans le champ religieux. De 2008 à 2012, toujours avec Richard Cimino comme rédacteur en chef, c'est l'Institut Religioscope qui a été l'éditeur de Religion Watch, avant de passer la main en 2013 à la Religion Newswriters Association et au Center on Religion and the Professions (Université du Missouri). Jean-François Mayer a continué d'être rédacteur associé du bulletin.

En 2014, pour tenir compte d'un contexte rendant difficile le maintien de la publication sous sa forme traditionnelle, le nouvel éditeur a décidé de renoncer à la version imprimée de Religion Watch et d'en faire une publication uniquement en ligne, mais toujours sur abonnement.

Depuis février 2016, Religion Watch est devenue une publication entièrement gratuite, sous les auspices de l'Institute for the Studies of Religion de l'Université Baylor (Waco, Texas). Cela permet à ce mensuel d'atteindre un public beaucoup plus large et assure son avenir. Richard Cimino reste rédacteur en chef et Jean-François Mayer demeure également rédacteur associé. Toute personne qui le souhaite peut s'inscrire sur le site de Religion Watch pour recevoir mensuellement un courrier électronique informant sur le contenu du nouveau numéro.

Le nouvel éditeur n'ayant pas souhaité assumer la responsabilité des archives de Religion Watch, c'est finalement l'Institut Religioscope qui a accepté de maintenir celles-ci et de les offrir en libre accès au public. Un site a été créé pour cela: Religion Watch Archives est en ligne depuis le 11 mars 2016. Le contenu couvre vingt années de publication (juin 1997-janvier 2016). Le moteur de recherche interne permet de retrouver facilement les noms ou mots désirés.

Le directeur de Religioscope invité à débattre autour de plusieurs films

En moins de deux semaines au mois de mars 2016, Jean-François Mayer s'est trouvé invité à trois reprises à apporter un éclairage et ses réflexions après la projection d'un film.

Le 3 mars 2016, un groupe d'étudiantes et étudiants de l'Université de Fribourg se sont réunis pour regarder le film Kumare. Cette troublante expérience sociale d'un réalisateur de films (d'origine indienne) se faisant passer pour un gourou et réunissant rapidement autour de lui des disciples dans la ville de Phoenix (Arizona) a suscité de nombreuses questions. La présentation a également été l'occasion pour Jean-François Mayer de partager ses observations sur l'émergence de nouveaux groupes spirituels.

Le 10 mars 2016, à l'invitation d'une association étudiante de l'Université de Lausanne, Jean-François Mayer est allé voir le film Regression et a ensuite participé à une discussion autour de celui-ci avec Pascal Roman, professeur à l'Institut de psychologie de l'Université de Lausanne. Si ce film d'Alejandro Amenábar a été très froidement reçu par la critique, il présente cependant un réel intérêt par sa présentation des paniques survenues aux États-Unis dans les années 1980 et jusque dans la première moitié des années 1990 autour de rumeurs d'abus rituels sataniques supposés survenir à large échelle. La discussion a permis à Jean-François Mayer d'éclairer le contexte de ces affaires et d'apporter des clarifications sur la réalité de groupes se référant au satanisme.

Le 12 mars 2016, Jean-François Mayer a été invité à Genève par le Festival du film et forum international sur les droits humains, pour assister à la projection du film documentaire Among the Believers et participer ensuite à un débat avec la co-réalisatrice, Hemal Trivedi. Ce film fait découvrir le monde des madrassas militantes pakistanaises à travers le réseau de celles dépendant de la célèbre "Mosquée rouge", les mettant en contraste avec les institutions d'enseignement non liées aux milieux radicaux et offrant un enseignement généraliste. Un nombreux auditoire a assisté à la projection au Musée d'ethnographie de Genève et a posé des questions pour tenter de mieux comprendre ces courants: Jean-François Mayer s'est efforcé de les mettre en perspective et de souligner également les particularités liées à l'environnement local.

Participation à deux séries d'émissions radiophoniques

Au mois de février 2016, Jean-François Mayer a eu l'occasion de contribuer substantiellement à deux séries d'émissions radiophoniques diffusées par la Radio suisse romande dans le cadre de l'émission À vue d'esprit — l'une historique et l'autre portant sur des thèmes liés à l'actualité.

Le 5 février 2016, le directeur de l'Institut Religioscope a répondu aux questions de Catherine Erard en conclusion d'une série d'une semaine en cinq volets sur le thème "De Waco à Daesh, l’endoctrinement religieux". Il a tenté d'expliquer la nature d'engagements religieux intenses et radicaux.

Les 10 et 11 février 2016, c'est au micro de Jean-Christophe Emery que Jean-François Mayer a évoqué l'histoire des réveils religieux en Suisse romande au 19e siècle dans leurs expressions minoritaires: darbysme, mormonisme, adventisme, Armée du Salut...

Poursuite de la collaboration à un programme de recherche sur les nouveaux courants religieux en Turquie

Depuis 2014, Jean-François Mayer participe régulièrement aux ateliers du programme de recherche The Dervish and the Yogi, consacré aux nouvelles religiosités en Turquie.

Cet original programme de recherche est une initiative de l'Orient-Institut d'Istanbul. Au mois de janvier, le directeur de l'Institut Religioscope s'y est rendu une fois de plus, cette fois-ci pour y participer à un ateleir sur le spiritisme dans l'Empire ottoman et la République turque (22-23 janvier 2016). Jean-François Mayer a présenté (en anglais) une communication intitulée: "«Le spiritisme se développe à Constantinople»: le spiritisme dans l'Empire ottoman à travers la Revue spirite (1858-1900)".